SAM18NOV2017
Rubrique Agenda
 Accueil > Articles > Tigreries > Critique en aveugle


  • Aimez-vous Rosa de Geng ?
    La fée me fit assoir avec elle au seuil d’une grotte d’où s’élançait une cascade mélodieuse et que tapissaient les beaux rubans des scolopendres et le velours des mousses fraîches diamantées de gouttes d’eau. Tout ce que tu vois là, me dit-elle, est mon ouvrage. Tout cela est fait de poussière ; c’est en secouant ma robe dans les nuages que j’ai fourni tous les matériaux de ce paradis. Mon ami le feu les avait lancés dans les airs, les a repris pour les recuire, les cristalliser ou les agglomérer après que mon serviteur le vent les a eu promenés dans l’humidité et dans (...)
     
  • Aimez-vous Racquel Jing ?
    Trois lecteurs se prêtent au jeu de la critique littéraire en aveugle : ils commentent le texte ci-dessous, dont ils ignorent l’auteur. La solution est cachée dans la bande dessinée (pages suivantes) et dans l’anagramme du titre. La rédaction du Tigre décline toute responsabilité quant aux propos tenus sur les écrivains célèbres.
    Elle dénouait ses sandales, et ses pieds nus brillaient sur le tapis frais de la mousse. Ses seins haletaient sous la soie légère avec un mouvement imperceptible. Elle dénouait ses cheveux qui se répandaient sur le gazon comme une flaque. Elle étendait autour d'elle ses (...)
     
  • Aimez-vous Ambroise de Nouive ?
    "Camarades" Il parlait. Les mots qu'il disait c'était lui qui les inventait, et eux cependant ne les entendaient pas avec leurs oreilles, mais au fond d'eux-mêmes. Il parlait pour lui-même et ils l'acclamaient ; c'était pour eux qu'il parlait. Il disait l'immense bonne volonté qui venait de naître en France et qui allait rayonner sur le monde ; il leur promettait qu ils sauraient imposer a toute la terre leurs méthodes de paix. Car c'est surtout pour nous, camarades syndicalistes, que ce jour est un jour de triomphe ; les résultats que nous avons obtenus ne sont encore (...)
     
  • Aimez-vous Vladimir de la Sésille ?
    Réduit à me présenter moi-même au Public, n'est-il pas urgent de me décrire tel que je suis, une fois pour toutes, au moral et au physique ? J'ai perdu, sans fruit, une partie de mon intelligence à me demander pourquoi les êtres qui m'ont vu pour la première fois ont pris des figures convulsées par le rire et des attitudes désolantes. Mon aspect, sans me vanter, devrait, au contraire, j'imagine, inspirer des pensées, par exemple, comme celle-ci : « Il est (...)
     
  • Aimez-vous Sarah Tyguic ?
    Ah ! La voilà enfin qui tourne le coin de la rue Washington. Elle traverse maintenant la petite place où il y a ces nouveaux refuges qui sont si compliqués, comme tout ce qui est destiné à simplifier la vie. Elle passe devant l’horloge de précision qui retarde d’une heure trente-cinq depuis un an et demi. Elle prend le boulevard Haussmann. Prends-le, mon amour, il est à toi, tiens je te le donne, le boulevard Haussmann... Tiens, elle passe devant mon tailleur... qui veut un acompte — penses-tu ! Ce n’est pas le moment. Ce n’est d’ailleurs jamais le moment. Elle passe devant un (...)
     
Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site