DIM19NOV2017
Rubrique Agenda
 Accueil > Articles > Actualité > Feuilleton d’actualité > Mademoiselle


  • Mademoiselle épisode 5
    Ce cinquième épisode clôt le feuilleton d’Emilie Giaime sur le quotidien d’une vendeuse aux Galeries Lafayette, feuilleton qui est repris en livre, accompagné de photographies de Thibault Camus.
    « Bonjour Elena, vous allez bien ? » Une liasse d'affichettes « 3 Jours en Or » serrées contre son cœur, la chef de rayon passe à côté de moi sans un mot, pas même un regard. « Ohé ? Elena ! » Drapée dans son tailleur noir, elle me tourne le dos et s'éloigne d'un pas pressé. « Ayant pris la forme du magnanime Stentor à la voix d'airain, la divine Héra s'arrêta et lança un grand cri » (...)
     
  • Mademoiselle épisode 4
    En uniforme de pompier volontaire, Vincent est adossé contre l'un des piliers en bois de chêne qui délimitent le pourtour du stand, dans l'attitude de Robert Redford après qu'il ait bâti de ses mains, quelque part dans le désert hostile des Rocky Moutains, la merveilleuse cabane de Jeremiah Johnson. A intervalles réguliers, il se décroche de son poteau pour parcourir au ralenti les quelques pas qui le séparent du poteau d'après, sur lequel il se pose, me suivant de branche en branche comme je vais de barre en barre pour arranger les vêtements selon les photos du "merchandising" envoyées ce (...)
     
  • Mademoiselle épisode 3
    « Vous faîtes les pré soldes ? Vous mettez de côté ? Pourquoi chez Chanel ils mettent de côté et les petites marques vous mettez pas de côté ? » Une rousse quinquagénaire toute vêtue d'argent, talons aiguilles, caleçon moulant et manteau en renard, essaie un blouson en lamé or. « Ça me le fait à combien ? » Le temps de mettre la main sur ma calculatrice, je la vois fixer l'au-delà en mastiquant son chewing-gum avec l'énergie d'une moissonneuse-batteuse : « Zéro... zéro et je retiens trois... quatre fois cinq... vingt-trois mille deux cents par cent... cinq cent quatre-vingts moins deux cent (...)
     
  • Mademoiselle épisode 2
    2010, dernier lundi de l'année, 2°C à l'enseigne de la pharmacie rue de la Chaussée d'Antin, angle de la rue de Provence. Au premier étage des Galeries Lafayette, des silhouettes engoncées dans des épaisseurs de laine, duvet, peaux de bête, déambulent d'un pas un peu raide dans les allées surchauffées. Sur le stand, je déballe des t-shirts en lin couleurs cerise et abricot, des blouses en voile de coton rouge coquelicot, des robes de dentelle blanches comme des lys - la primeur du printemps-été : quelques pièces de la nouvelle collection. Des « pièces ». Au luxe, c'est ainsi qu'on appelle (...)
     
  • Mademoiselle, épisode 1
    « Mademoiseeêlle ! » Une robe de soie noire vient de s'élever au-dessus de la barre de vêtements et reste suspendue là-haut, comme un suaire ondoyant dans l'air climatisé. « S'il vous plaît... » insiste la voix avec impatience. À contrecœur, je contourne la structure arrondie du stand qui, avec ses armatures de fer et son socle en bois, a la forme d'un manège. « Dites-moi... C'est quoi comme couleur, ça, pour vous ? » demande la cliente en me mettant la robe sous le nez. Du visage anxieux, tenaillé par le doute, mon regard se porte sur le tissu, noir, incontestablement. C'est parfois (...)
     
Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site