MER22MAR2017
Rubrique Agenda
 Accueil > Articles > Actualité > Reportages

Récit subjectif, sur le terrain.
Récit subjectif, sur le terrain.
  • Le dernier catholique heureux
    Il y a cinq cents mètres du Procope aux Deux Magots. Cinq minutes à pied. Tout le monde sait cela, car tout -le monde connaît l’emplacement du Procope et des Deux Magots – et si on l’ignore, c’est qu’on ne sait pas que le VIe arrondissement est un monde qui -se suffit amplement à lui-même. Les 30 et 31 janvier 2012 se tenait dans ces deux établissements la remise de deux prix littéraires. Un chroniqueur sérieux des mondanités parisiennes vous expliquerait que tout les oppose : le prix du Procope est nouveau, celui des Deux Magots est ancien, c’est-à-dire prestigieux. Le jury (...)
     
  • Une audience à la Cour nationale du droit d’asile
    Les noms ainsi que certains détails ont été modifiés. Samedi 12 novembre 2011, 20 heures 30, auditorium de l’Institut du monde arabe, Ve arrondissement de Paris. À l’affiche, un grand maître de chant classique indien, que le programme présente comme « le prodige de l’Inde du Nord, virtuose du khyal dans le style kirana gharana, remarquable interprète du raga qui s’accompagne à chacun de ses concerts par le sarangi, vièle rustique du XVIè siècle ». Dans la (...)
     
  • Peugeot 106 et Phantom V
    Il existe en France plus de quatre mille musées. Parmi ceux-ci, plus de soixante-dix musées automobiles. Parmi ceux-ci, un seul consacré aux voitures des chefs d’État. Une visite s’imposait au château de Montjalin, dans l’Yonne. En contrepoint au dossier consacré aux injures à chefs d’État, un hommage à leurs voitures !
    Autant le dire d'entrée de jeu, je suis l'heureux propriétaire d'une Peugeot 106, année 1995, modèle dit Kid : comprendre que les housses des sièges sont revêtues de jean. Pour venir visiter le musée des Voitures présidentielles, ça fait mauvais genre. Coup de (...)
     
  • Le cheval de l’ajustement industriel derrière la charrue de la croissance
    Colloque Coface consacré aux « tendances majeures de l’économie mondiale », 17 janvier 2011.
    Il est doux, par un jour d'hiver blanc et vide, de flâner quelques heures dans une galerie commerciale. Tout est propre, climatisé. L'électricité dispense démocratiquement une lumière jaune sur les articles en solde et les clients ravis. Le sol est lisse : avec un (...)
     
  • Dans les poubelles des riches
    Texte : Raphaël Meltz & Antoine Zéo. Photos : Claire-Lise Havet.
    « Non, je peux pas vous laisser entrer. Les fourgonnettes, c'est interdit après 22 heures. » Il est 22h50, en cette fin novembre 2010. Il pleut, les premiers froids tombent sur Paris. Dans notre vieille Renault Express, nous comprenons que notre opération commando est en train de capoter à cause d'un détail imprévisible du règlement de copropriété. Heureusement notre passeur habite sur place : il connaît bien le gardien. Grand sourire complice : « C'est juste pour une heure, on va boire un verre et ils repartent. » « Bon, d'accord, (...)
     
  • Ziguinchor diaw diak
    Après avoir été membre de la rédaction du Tigre (formule quinzomadaire), Sylvain Prudhomme s’est installé à Ziguinchor, dans le sud du Sénégal. De là-bas, il nous écrira régulièrement.
    Diaw diak : Vas-y bien ; vas-y tranquille. C'est ce qu'on dit en diola aux cyclistes. C'est ce que me souffle Mathias, le voisin, comme j'enfourche ma monture chinoise flambant neuve, achetée le matin même au marché Boucotte, alias Saint-Maur-des-Fossés (jumelage oblige). Sur le cadran bleu roi il y a écrit : DLC DELUXE. Le fer-blanc brille, la sonnette tinte, les pare-chocs en feuille d'alu (...)
     
  • Au procès du procès Banier
    Le 15 avril 2010, le photographe et écrivain François-Marie Banier comparaissait devant le tribunal de Nanterre, dans l’affaire d’extorsion présumée envers Liliane Bettencourt, la propriétaire de L’Oréal. À l’audience, il fut moins question du prévenu que de la validité du procès, Liliane Bettencourt et sa fille, Françoise Bettencourt-Meyers, s’opposant par avocats interposés.
    Après quelques coups de fil inquiets à la 15e chambre du tribunal de Nanterre, la sentence tombe : « La séance est publique, vous n’avez pas besoin de vous faire accréditer. » Le simple citoyen (...)
     
  • Bienvenue dans un monde sans poil
    Il n’y a pas de sot sujet. Une conférence de presse sur l’épilation féminine en est la preuve. Le Tigre y est allé : évidemment pas pour vanter les mérites d’un produit, mais pour raconter la façon dont il est vendu. « Oubliez définitivement tout ce que vous pensiez de l’épilation. INVITATION — Conférence de presse. Présentation d’une toute nouvelle génération de système d’épilation définitive. L’efficacité professionnelle à domicile en toute sécurité. Mardi 30 septembre 2008. Programme : 9h - 9h30 accueil - petit déjeuner /// 9h30 - 10h conférence : présentation de ce (...)
     
  • Analyse gustative des burgers ordinaires
    Vous connaissez les Français : leur sentiment de supériorité en général n'a pas de limite, dans le domaine culinaire encore moins. Au Salon de l'agriculture 2008, juste avant de demander à un quidam de se « casser » « pauvre con », le président Sarkozy annonçait que la France allait demander à l'Unesco le classement de sa gastronomie comme « patrimoine mondial de l'humanité ». On comprend mieux pourquoi, depuis 1979, année de la première implantation officielle (...)
     
  • Un discours à l’Élysée
    Intervention à la télévision de Nicolas Sarkozy, président de la République, le 24 avril 2008, en direct du Palais de l’Élysée. Préparatifs de l’émission. Le Tigre avait une taupe parmi l’équipe technique. Taupe qui a noté les conversations entendues sur le plateau du tournage. Et comme on dit dans ces cas-là : les prénoms ont été changés.
    — Les néons sont un peu forts, mais on peut pas les dimmer. — Ne montre pas les lustres, ils ne veulent pas que ça fasse Versailles. — Les drapeaux, on les recule dans le même (...)
     
  • Paris-Rijeka : vingt-quatre heures dans un car
    J’ai fait les vingt-quatre heures de Rijeka. Une journée de rotation autour de l’Europe dans un bus Eurolines à destination de l’ancienne Fiume, ville où le poète-soldat d’Annunzio bâtit son empire. Ma mission : côtoyer des voyageurs pauvres, comme moi. Le bilan : j’ai gagné une invitation à Zadar, chez un couple de petits vieux sortis d’une bande (...)
     
  • Bref séjour au pays des voyageurs de luxe
    Un des actionnaires du Tigre nous a transmis une invitation en disant d’un air mutin cela ferait un bon reportage pour vous. Les rendez-vous du voyage de luxe. Les plus beaux voyages s’exposent à Paris. Nous avons le plaisir de vous convier à venir découvrir l’univer exceptionnel des voyages de luxe dans le cadre magique de l’hôtel Dassault, où réside Artcurial, célèbre maison de vente aux enchères. 70 exposants rigoureusement sélectionnés seront présents (...)
     
  • Exclusivement réservé aux journalistes
    « LE PREMIER RP SHOW, SALON EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉ AUX JOURNALISTES, SE DÉROULERA LES 23, 24 ET 25 OCTOBRE 2007, À BOULOGNE-BILLANCOURT (92). CE SALON ACCUEILLERA DES MARQUES ET DES AGENCES DE COMMUNICATION, DE RELATIONS PRESSE, VENUES DE DIFFÉRENTS UNIVERS (HIGH-TECH, ALIMENTAIRE, AUTOMOBILE, TOURISME, MODE, SPORT), QUI PRÉSENTERONT LEURS NOUVEAUTÉS “PRODUIT” ET LEURS DERNIÈRES INFORMATIONS (TECHNOLOGIES, BUSINESS). » À la lecture de ce communiqué de presse arrivé sur sa boîte mail, Le Tigre a bondi, alléché par l’odeur des tendances nouvelles. Par le truchement de son reporter, il a décidé de mettre son museau (...)
     
  • En attente de papiers
    Préfecture de police de Paris, direction de la police générale, 10e bureau, salle 1511. C’est là qu’est convoquée début novembre une sans-papiers chinoise de ma connaissance. Les étrangers se font souvent accompagner par une personne de leur choix pour être sûrs de tout comprendre d’un rendez-vous important. Ils viennent avec leur sac rempli de papiers, dans ce temple du document officiel. J’y suis allée avec elle.
    Ci-dessus : Marinus van Reymerswaele, Les Collecteurs d’impôt, XVIe siècle. (c) musée du Louvre (Paris), département des (...)
     
  • Pink Paradise
    Un matin, Le Tigre a reçu un email d’une dénommée élodie@pinkparadise.fr, qui disait en noir et rose : « Strip-tease by Pink Paradise. En librairie le jeudi 13 septembre 2007. Photos Bertrand Machet. Textes Muratt Atik. Éditions de La Martinière. Le Pink Paradise vous invite le mercredi 12 septembre 2007 dès 20h30 pour le lancement en exclusivité du livre Strip-tease by Pink Paradise autour d’un cocktail dînatoire et d’un open-bar. Evian. Guéret Traiteur de France. Moët & Chandon Champagne. Pink Paradise. Paris. Cannes. St Tropez. 49/51 rue de Ponthieu. Paris VIIIe. Merci de confirmer votre (...)
     
  • 36 heures dans le métro
    « Le voyage commence à la porte de chez soi. » (Nicolas Bouvier) Projet de guide de voyage pour des touristes soucieux de trouver des lieux de villégiature d’un nouveau genre. Faites comme notre reporter de choc, testez un week-end dans le métro. Budget des vacances : cinq euros de tickets, quinze euros de boissons, cent euros de podologue à la sortie…
    Mio Alimentation Pour manger, je vais voir dans le couloir central, à côté du Relay, les bistrotiers du métro République, aussi gras et dorés que leurs croissants (1,50 euro les deux). (...)
     
  • Entre marauds
    A l’origine, une maraude, c’est le vol de nourriture dans les champs ou les fermes. Par extension, l’action de rôder à la recherche de choses à chaparder. Par un audacieux retournement de sens, c’est la « maraude », aujourd’hui, qui apporte de quoi sustenter, légèrement les SDF. Des équipes de deux à trois personnes (d’Emmaüs, de la Croix rouge ou d’autres associations) qui écument les endroits invisibles ou inaccessibles des villes à la rencontre des SDF, pour leur apporter des soins, de quoi se réchauffer, parfois des chaussettes ou une coupe de cheveux, mais, (...)
     
  • L’Afghanistan au Musée Guimet
    J’étais allée au musée Guimet un dimanche matin, à la mi-janvier. Devant le musée, une page collée à la hâte spécifiait : exposition Afghanistan, une heure d’attente. J’avais doublé les gens qui me dévisageaient. J’avais assuré les portiers qu’il ne s’agissait pas d’une erreur : oui, collection permanente, non, pas l’exposition Afghanistan. J’étais entrée dans le hall du musée, vide de monde, et m’étais vite faite rabrouer parce que je m’appuyais sur un bloc en béton du XXIe siècle après J.-C. pour dessiner. J’avais croisé ce jour-là une Divinité (...)
     
  • Une nuit sans histoire(s)
    J’avais quitté les bords du Canal (cf. Le Tigre, volume I) avec une promesse à moi-même : aller dormir au plus tôt au centre d’hébergement de Nanterre. L’hydre des démunis ; le Ferragus moderne ; un ancien dépôt de mendicité où les sbires de la préfecture de police traitaient les errants comme des criminels. Reconverti, rasé et rebâti, il dépend depuis une dizaine d’années du Samu social. Que l’accueil s’y améliore ne peut que redoubler l’envie d’y aller. Mais il faut avoir le cœur bien (...)
     
  • En meeting à Calais avec Olivier Besancenot
    « Nos vies valent mieux que leurs profits. » Je suis à un meeting de la L.C.R., avec Olivier Besancenot, à Calais. C’est la deuxième fois de ma vie que je vais à une réunion politique. La précédente, c’était Philippe Seguin lors de la campagne municipale à Paris en 2001. Quelques jours avant sa défaite qui était devenue certaine. Manifestement profondément déprimé, Seguin n’avait même pas tenté de jouer le jeu. Je me souviens de la sortie du petit gymnase du (...)
     
  • Canal Saint-Martin, la nuit
    « Est-ce qu’il vous reste une tente ? — Alors, ce sera un duplex, avec vue sur la Tour Eiffel ». Je suis sur le canal Saint-Martin, fin décembre, au quinzième jour du campement des « mal-logés » — Première nuit (pour moi) dans la rue, première chorba, première conversation sérieuse avec des gens de la rue : organisé par les Enfants de Don Quichotte. Je viens quémander une des 250 tentes posées entre la rue de Lancry et la rue Léon-Jouhaux. Il y a à peu près le même nombre de campeurs, pas mal de « relais » et d’associations qui apportent de la nourriture, et des voisins, des jeunes, des (...)
     
  • REPORTAGE À 100 EUROS

    • De Brest à Brest
      Nous étions invités (nous : SP & RM), ce week-end-là, à un festival à Brest. C’est ainsi qu’est née l’idée de ce reportage à 100 euros : un mauvais jeu de mot. Traverser l’Europe d’ouest en est, de France en Biélorussie, pour clore cette rubrique du Tigre qui, comme on le dit des ministres, ne sera pas là au prochain remaniement de formule. Suite à des changements d’emplois du temps, nous avons annulé notre présence au festival. Nous avons hésité : tenter un Marseille-Odessa ? La joie de l’homonymie a été la plus forte : têtus comme des mules, nous avons maintenu le (...)
       
Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site