MAR19SEP2017
Rubrique Agenda
Accueil > Le projet > Les livres du Tigre >

MADEMOISELLE

Emilie Giaime

MADEMOISELLE

MADEMOISELLE
suivi de onze photographies de Thibault Camus aux Galeries Lafayette


— format : 10,5 x 16,5 cm.
— couverture souple, quadri, dos carré collé
— intérieur noir sur lys naturel 90 g., 64 pages
— prix de vente : 6 euros
— En librairies le 16 juin 2011.
— ISBN : 9782357190474

Acheter en ligne

 

JPG - 55.8 ko
Couverture Mademoiselle

« Je vais et je viens de « l’avant » vers « l’arrière », poussant des portants à roulettes, tirant des portants sans roulettes, traînant des caisses de vêtements, charriant des sacs d’anti-vols et de câbles, déplaçant à coups de pied des cartons de cintres en plastique et d’autres de cintres en bois. Et comme toujours quand les vêtements s’amoncellent sur la caisse au milieu des emballages éventrés, des mains frénétiques surgissent pour tâter, fouiller, déployer, examiner sous toutes les coutures dans l’ivresse d’arracher une bonne affaire, donnant des allures de marché à mon échoppe où la moindre robe coûte un tiers de smic.

Une Polynésienne achète une veste en lin bleu ciel. Avec un sourire radieux, elle me dit en tapant son code de carte bancaire : « Thank you, I’m so glad. It makes my day ! » Je pars en réserve pour remplacer la veste. Dans l’allée, installés sur les grands fauteuils en osier, une famille de Chinois pique-nique de cuisses de poulet rôti, œufs durs, laitue.

Une Australienne achète une robe en soie blanche à petites fleurs parce qu’en Australie, c’est l’été. Sur le chemin de la réserve, je trouve la famille de Chinois allongée sur les fauteuils, sans chaussures, en train de faire la sieste.

Deux copines achètent la même robe en soie noire à petites fleurs, dans la même taille. « Moi je m’en fiche qu’on ait la même robe », dit l’une. « Moi aussi », dit l’autre. Dans l’allée, les fauteuils sont vides. Autour, quelques lambeaux de peau de poulet sur le marbre clair. »

Depuis quelques années, Émilie Giaime travaille dans les grands magasins parisiens. Elle raconte, de l’intérieur, le quotidien des Galeries Lafayettes. On y croise les clients, réguliers ou touristes, les responsables des boutiques. Mais surtout la foule des petites mains, vendeuses, pompiers, responsables de sécurité. 

Mademoiselle est paru en feuilleton dans Le Tigre au début de l’année 2011. Les photographies de Thibault Camus sont inédites.

 


Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site