JEU25MAI2017
Rubrique Agenda
Accueil > Articles > Paroles > Dictionnaire infidèle de l’amour >

Couac

Couac

Couac
Mis en ligne le jeudi 17 mai 2007 ; mis à jour le mercredi 22 août 2007.

Publié dans le numéro III (juin 2007)

Perrine, 27 ans.

 

 

Un couac en amour, c’est que tout à coup ça fait couac, quoi. On se dit Quoi ? Mais couac, merde ! C’est plus ça. Couac en verlan, c’est couac aussi, donc... C’est exactement ça, un couac en amour. C’est que tu te dis couac. Tout est inversé. Tu l’aimes plus. Tu l’aimais, tu l’aimes plus. Pourquoi ? Tu sais pas. C’est comme ça. C’est couac. Couac-couac. Et puis de temps en temps ça revient. Ça se re-couac dans l’autre sens. Et parfois, ça se re-couac pas. Donc c’est ça le couac en amour. C’est un truc assez hallucinant qui arrive comme ça. (Claquement de doigts.) Comme un couac. Ça te tombe dessus sans que personne t’aie prévenu. Pis ça fait couac, et voilà. C’est très positif, c’est très utile, parce que de temps en temps, un couac peut être très bénéfique, comme un couac peut être plutôt négatif dans le sens où il nous embête parce que finalement ça fait un couac qui reste couac, et puis finalement ça tombe à l’eau, quoi. Enfin, une nouvelle opportunité... L’amour c’est comme ça, c’est quelque chose qui réduit. Après c’est l’infini des possibilités qui revient. - C’est l’amour qui revient ? - Voilà, c’est le couac qui fait revenir l’infini des possibilités amoureuses. Et puis il y a des couacs qui sont quand même positif quand le couac redevient couac mais dans le bon sens, c’est-à-dire que l’on se remet à ne plus penser au couac. Et c’est positif aussi parce qu’on se remet à aimer la personne qu’on a aimée, et puis tout va bien. Le couac finalement il nous a permis de faire un basculement. Voilà, quoi. - Un exemple de couac ? - C’est quand on attend quelqu’un au bout du train, en se disant Je l’aime, je l’aime, je l’aime, il va arriver. On se met à courir parce qu’on se dit qu’il va être au bout du quai, donc on court, on court, on sort avec nos trucs chargés, on s’en fiche, on court, on court. Puis, couac, il est pas là, quoi ! Alors, tu te dis Couac couac. Tu te dis Merde, je l’aime plus, il est pas là, il m’a pas attendue, il est pas venu me chercher, il s’en fout de moi, on s’en fout de tout, que le monde soit à feu et à sang, voilà, on s’en fout de tout, c’est la fin. Voilà, quoi. Et voilà, c’est ça un couac. Après, tu attends, et si le couac revient dans un autre... se retourne, quoi, dans l’autre sens, tu le retrouves.

 

Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site