SAM18NOV2017
Rubrique Agenda
Accueil > Articles > Tigreries > Petite vie des grands hommes >

Mao Zedong (ou Mao Tsé-Toung)

Mao Zedong (ou Mao Tsé-Toung)

Mao Zedong (ou Mao Tsé-Toung)
Mis en ligne le jeudi 26 avril 2007 ; mis à jour le vendredi 13 avril 2007.


Le dix-neuvième jour du onzième mois de l’année du Serpent, Chevelure-ointe-de-l’Orient naît à Montagne-de-la-Musique : en d’autres termes, le 26 décembre 1896, Mao Zedong voit le jour à Shaoshan. Enfant, Mao a sa propre chambre - fait exceptionnel. Lors d’une dispute avec son père, Mao menace de se jeter dans l’étang voisin. À dix-huit ans, Mao tergiverse : il voit une publicité pour une école de police, il s’inscrit ; puis il voit une publicité pour une école de fabrication de savon, il s’inscrit ; un ami lui vante une école de droit, il s’inscrit ; un autre le convainc de faire une école de commerce, il s’inscrit - un dollar par inscription. Son père lui coupe les vivres. Mao entre en fin de compte à la Quatrième École normale du Hunan, où son prof Yuan la Grande Barbe se moque de sa façon d’écrire, qu’il qualifie de « journalistique ». Mao déteste le cours obligatoire de dessin de nature morte ; un jour, il trace une ligne droite surmontée d’un demi-cercle et prétend qu’il s’agit d’une interprétation du soleil levant dans le poème de Li Bai Un rêve d’errance sur le mont Tianmu ; à l’examen final, il dessine un ovale et dit que c’est « un œuf ». En 1915, Mao affiche un avis invitant « les jeunes gens intéressés par l’action patriotique » à le contacter : il est soupçonné de vouloir racoler des filles. Dans les années 1930, Mao baisse son pantalon en présence d’un visiteur pour chercher un pou indésirable dans ses sous-vêtements. En 1938, Mao épouse une jeune et svelte actrice de cinéma de Shanghai, dont le pseudonyme est Pomme bleue. Il vient de se faire quitter He Zizhen, qui l’avait accompagné pendant la Longue Marche et lui faisait des compotes de pêches sauvages. He n’admet pas que Mao joue au rami jusqu’à une heure du matin avec la jolie Lily Wu. Mao aura beau supplier He de rester puis lui faire envoyer un couteau à fruits et une boîte de produits de beauté, elle ne reviendra jamais. En 1972, un œdème le fait tellement enfler qu’il doit acheter un nouveau costume et de nouvelle chaussures, quelques jours avant de serrer la main de Nixon, qu’il garde dans la sienne une minute durant.
À la fin de sa vie, Mao voyageait dans son train privé, dans lequel train il y avait un lit gigantesque, dans lequel lit il y avait (simultanément ou successivement) nombre de jeunes femmes et des piles de livres. « Je lave mon sexe dans leur con », disait Mao à son médecin personnel. Car Mao n’utilisait jamais ces deux inventions occidentales que sont la brosse à dents et la chasse d’eau. Une des tâches de ses gardes du corps était de le suivre dans le jardin avec une pelle pour creuser un trou destiné aux besoins présidentiels.
Le 9 septembre 1976, Mao essaya en vain de parler, puis mourut.

source : Philip Short, Mao Tsé-Toung, 1999, trad. Fayard, 2005.

 

Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site