JEU25MAI2017
Rubrique Agenda
Accueil > Articles > Sommation > Allo Conso >

Un rendez-vous amical avec une mutuelle

Un rendez-vous amical avec une mutuelle

Un rendez-vous amical avec une mutuelle
Mis en ligne le samedi 12 janvier 2008.

Publié dans le numéro VII (déc. 2007-fév. 2008)

Normalement, c’est Arenaud Poun qui appelle les gens pour les embêter. Cette fois-ci, c’est le contraire. Car il arrive à Arenaud Poun, dans la vraie vie, la même chose qu’à nous tous : son téléphone sonne et on lui propose des merveilles, portes blindées ou nouvel opérateur téléphonique. Là, c’était Alexia, qui voulait lui proposer une nouvelle mutuelle. Le magnétophone d’Arenaud n’était pas branché.
Il a donc demandé à ce qu’elle le rappelle quelques minutes plus tard...

– Oui ? Allô ?
– C’est Alexia, de la mutuelle.
– Ah oui, bonjour Alexia.
– Je vous appelais pour le rendez-vous.
– Oui. Alors... Rappelez-moi un peu de quoi il s’agit, parce que je sais que vous m’avez appelé, mais, rappelez-moi, c’est... C’est pour une mutuelle ?
– Oui. Un comparatif. Comme vous n’en aviez pas. Un diagnostic. Mon conseiller viendra, vous expliquera tout ce que (sic) vous avez besoin, et éventuellement... Si vous êtes intéressé, c’est à vous de le contacter. Il vous laissera sa carte.
– Mais donc ça veut dire que non seulement je vais pouvoir parler à quelqu’un, mais en plus il va venir à la maison, quoi.
– Oui...
– Et je pourrais... par exemple... enfin, il viendra vers quelle heure ?
– Ça dépend, vous préférez le matin ou l’après-midi ?
– Ben, je peux... Dès que je peux voir quelqu’un je... C’est plutôt en fonction de lui, hein.
– Moi, j’ai lundi onze heures.
– Ouais...
– Quinze heures trente.
– D’accord.
– Sinon, jeudi.
– Et on pourra éventuellement... enfin... boire quelque chose ensemble ? Ça ne sera pas que du business, enfin... Bon bien sûr, on parlera des assurances, mais on pourra boire un thé ou quelque chose comme ça.
– Ça sera à vous de voir avec lui...
– Ben, s’il vient à dix-huit heures et que je lui offre un peu de whisky, c’est... Il ne dira pas non. Si c’est à dix-sept heures, je pourrai lui servir du Earl Grey.
(Long blanc.) Oui, s’il a envie. Oui, pourquoi pas ?
(Arenaud s’excite.) On pourra boire, avoir une petite collation, manger des petits gâteaux et puis on discutera. S’il vient dans ma maison, je... Les gens qui viennent dans ma maison, il y en a pas beaucoup comme je vous le disais tout à l’heure, c’est pour ça que j’étais content que vous m’appeliez chez moi, à mon domicile, mais quand les gens viennent dans ma maison, ben moi je les accueille avec du jus d’orange, du... Vous ne faites pas ça quand vous avez des amis, vous ?
– Si.
– Donc, c’est pas que c’est un ami, c’est pas déjà un ami. Mais s’il vient chez moi, je lui offrirai quelque chose à manger ou à boire.
(Complètement molle.) Ah ben ça, ce sera à vous de voir avec lui, hein. (Pause.) C’est à vous de voir l’accueil que vous voulez faire.
– Ben je veux lui réserver le plus grand accueil possible. Parce que lui, en plus il veut me proposer des mutuelle. C’est pour ma santé, aussi, tu vois.
(D’une voix très molle et d’un débit très lent.) Aaaah, par contre, je vais devoir me... dépêcher...
– Pourquoi vous devez vous dépêcher ? De prendre rendez-vous avec moi ?
– Ah oui... Donc quinze heures trente...
– Non, mais attendez... quelque chose. Vous me disiez que vous dans vos hobbies, c’était votre petit garçon. Et puis quoi d’autre ? Le sport.
– Oui.
– Et... Est-ce que de temps en temps vous allez au cinéma ?
– Non.
– Non... Et là vous devez vous dépêcher parce que vous devez faire le plus de... Enfin, vous pouvez pas passer trop de temps avec moi ?
– Voilà, exactement, mais je peux vous rappeler demain, si vous voulez.
– Vous pouvez me rappeler demain ? Vous allez le faire ou pas ?
– Oui, ben, de toute façon, va falloir que je vous rappelle pour confirmer le rendez-vous, alors... Dans tous les cas, je vous rappellerai si vous prenez un rendez-vous.
– Et le rendez-vous c’est... C’est dès lundi, là ?
– Lundi 24, oui.
– Lundi 24. Et donc le monsieur, rappelez-moi ce qu’il va... Parce que là, bon, je suis tellement ému d’avoir quelqu’un au téléphone, que... Le monsieur, il va venir à la maison pour que je puisse avoir des mutuelles.
– Oui.
– Parce que moi j’en ai déjà une avec mon activité professionnelle, de mutuelle.
– Ben vous m’aviez dit que vous en aviez pas...
– Ben je pense que j’en ai quand même. Je suis travailleur indépendant. Je pense que j’ai quand même une mutuelle. Mais si votre mutuelle, elle est mieux, et que je peux boire le thé, moi je vous l’achèterai votre mutuelle, moi !
(Elle a raccroché.)
Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site